logo AIAE
rapport d'activité 2016Amicale Internationale d'aide à l'enfance
imprimer

Démarches

L’adoption internationale est subsidiaire à l’adoption nationale : l’enfant privé de parents et de famille élargie devrait  en priorité être placé en adoption dans son propre pays ou dans un environnement culturel, linguistique et religieux proche de son milieu d’origine. La décision d’une adoption internationale ne devrait intervenir qu’après que l’on ait cherché, sans résultat, une solution satisfaisante pour l’enfant dans son pays d’origine.

Ces dernières années des efforts considérables ont été entrepris  dans la plupart des pays d’origine afin de respecter ce principe de subsidiarité. Nous constatons  la mise en place de politiques familiales favorables au  développement de l’adoption nationale.
Tout naturellement, les enfants jeunes et en bonne santé sont adoptés prioritairement par les ressortissants de ces pays. Il en résulte non seulement, une diminution du nombre d’enfants proposés à l’adoption internationale, mais aussi une modification du profil de ces enfants.
Les candidats à l’adoption doivent donc être ouverts et se préparer à accueillir davantage d’enfants à besoins  spécifiques, c’est-à-dire des enfants dont certaines caractéristiques rendent leur adoption plus difficile. Il s’agit notamment,  d’enfants  pouvant être plus âgés (dès 2-3 ans) et / ou ayant des problèmes de santé  et/ou présentant une déficience physique.
Ceci, même si l’on voit lors de nos voyages à l’étranger ou sur nos petits écrans que la précarité et la souffrance restent largement répandues sur la planète et que des millions d’enfants subissent un environnement économique et social défavorable. Ces enfants ne sont pas adoptables et de surcroit pas, par des étrangers.

Généralement, la décision  d’adopter un enfant n’est pas une démarche spontanée, mais fait suite à des épreuves d’échec, de déception, de chagrin et de deuil.
Pour la plupart des candidats à l’adoption, le projet de devenir parents a été longtemps différé par le fait de difficultés rencontrées dans leur désir de procréation.
Ils se lancent dans le projet d’une adoption avec ce désir légitime d’adopter un jeune enfant en bonne santé. Ce rêve ne correspond pas, hélas, toujours aux véritables besoins des enfants.

Chacun des candidats à l’adoption  sera, dès lors, amené à  ajuster son  désir à la réalité afin de ne pas mettre en péril la formation des liens affectifs avec l’enfant. 


La famille adoptive doit avoir la capacité d’accepter et d’accueillir un enfant avec ses capacités et déficits et de prendre soin de manière aimante et durable d’un enfant qui

  • lui est étranger à l’arrivée
  • et qui a, dans la majorité des cas, vécu des situations traumatisantes, telles que l’abandon, une instabilité du lien avec les adultes, une institutionnalisation prolongée, des privations, etc..

Ces situations difficiles de départ dans la vie créent des  besoins spécifiques et pourront être  la source potentielle de difficultés  ultérieures, telles des perturbations dans l’attachement, difficultés d’apprentissage à l’école, instabilité affective,… .

Il ne suffit donc pas d’avoir au départ un beau projet parental, mais il est essentiel de développer les compétences nécessaires pour accompagner un enfant tout au long de sa vie et au mieux de ses forces et faiblesses.

Ceci est à la base la responsabilité de tout adulte qui veut devenir parent que ce soit par procréation ou par adoption. Un enfant adopté amène certes tout un bagage d’inconnus  qu’il s’agira d’apprivoiser avec beaucoup d’amour et  de patience.

Malgré cette route jalonnée de défis, l’adoption reste une aventure humaine enrichissante.

Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?

- C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie « créer des liens… »

Créer des liens ?

- Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…

[…]
- Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux […]

- C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante
[…]

- Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé.

(Extrait de : Saint-Exupéry, Antoine de. Le Petit Prince, Paris Gallimard, 1946 p.66-74)